D’ombre et de Lumière

Présentation :

Travailler avec le musicien c’est aussi sortir de la solitude de l’écriture et intégrer l’humain dans le processus. La démarche créative doit selon moi absolument s’incorporer au sein d’une dimension humaine, réelle. Il me semble en effet essentiel que la démarche artistique soit aux prises avec son environnement. L’architecte connaît ce même défi : au-delà de l’impératif d’expression d’une certaine vision de l’environnement, d’une façon de le percevoir, il cherche à intégrer le projet et la démarche créative dans la contrainte du réel, du social, de l’humain… Il cherche à répondre à des enjeux culturels, sociaux, religieux, etc. qui traversent l’humain. Mes échanges avec Marianne Piketty, Soliste de ce concerto, tout au long du processus créatif m’ont permis de consolider mon écriture, et changer certains éléments pour d’autres, meilleurs..

Nombre de mes travaux tentent ainsi d’aborder les problématiques qui traversent la démarche créative architecturale et de se les approprier : les problématiques de la circulation, de la luminosité, ou encore celle de l’organisation logique et optimale que l’on peut retrouver dans les figures de Le Corbusier. C’est d’ailleurs notamment la relation complexe entre Le Corbusier et Xenakis qui m’a encouragé à mêler les deux dimensions dans mes travaux.

Enfin, pour structurer la démarche, j’insère un système fibonacien dans la pièce : j’ai utilisé tout comme Le Corbusier dans son Modulor, la série de Fibonacci. Mon but était de pouvoir installer une logique portée par la relation entre les chiffres de cette série. La pièce s’organise en une partie principale suivie d’une coda. Cette partie principale se développe en séquences d’une minute qui, additionnées forment une logique Fibonacienne. La coda est conçue comme une décantation du processus, le sédiment qui tombe progressivement..

Commandée par l’association Musiques aux 4 Horizons dans le cadre du festival du même nom, ce Concerto pour Violon a été crée à la Colline de Notre-Dame du Haut, façonnée par Le Corbusier, Jean Nouvel et Renzo Piano, et s’insère ainsi directement dans cette préoccupation architecturale…

Le travail autour de l’ombre et de la lumière dans l’œuvre de l’architecte italien a inspiré mon écriture tout comme la force créatrice du lieu, en quelque sorte projetée par les sœurs clarisses, leur prière, leur silence et leur joie de vivre.

 

 

D’ombre et de Lumière

Effectif : Concerto pour violon solo et ensemble à cordes (3-2-2-2-1)
Durée : 14’
Création : 8 août 2015 à la Chapelle de Ronchamp
Interprètes lors de la création : Marianne Piketty (Violon Solo) et l’ensemble à cordes M4H
Notice : Concerto pour violon et ensemble (avec ou sans chef), dédié à Marianne Piketty
 
Vidéo
Extrait de la partition
tomas bordalejo
Menu